Top
police web seo

Votre police web a-t-elle un impact sur le SEO ?

Ce n’est pas forcément la question la plus soulevée dans la sphère SEO, mais nous voulions déterminer dans cet article si le choix de telle ou telle police web pouvait avoir un impact sur votre SEO.

Peut-être vous-êtes-vous déjà demandés si l’utilisation d’une police web personnalisée ou une Google Font, avait une incidence négative comme positive votre visibilité organique. Pour lever le voile sur ce sujet, nous avons décidé de nous replonger dans les déclarations passées de notre ami John Mueller, Webmaster Trends Analyst chez Google.

💡 En d’autres mots, il s’agit de savoir si Google prenait en compte le choix de la police web pour juger de la qualité de votre contenu, par exemple si une police personnalisée conduisait Google à considérer le contenu comme moins pertinent que des qu’un même contenu utilisant d’autres types de web fonts.

 

Ce que dit Google

Cette question avait été posée à John Mueller en 2017 lors de la vidéo Webmaster Office Hours ci-dessous.

Le cadre de chez Google affirme que le choix de la police d’écriture n’a pas d’impact sur votre référencement. Du moment que Google peut explorer la page et voir le contenu, l’analyse fonctionnera normalement.

La seule situation où John indique que cela pourrait être un peu délicat est si vous utilisez des images au lieu de texte sur une page. Ok, Google fait de l’OCR (Optical Character Recognition : processus de convertir une image en texte) sur les images, mais cela reste un procédé nouveau qui n’est pas pleinement sollicité pour l’indexation des pages web (cela exige beaucoup trop de ressources).

 

Impact sur le temps de chargement

Le même sujet a été abordé sur Twitter en 2020. Toujours auprès de John Mueller. Cette fois-ci, la question initiale était de savoir si le choix de sa police avait un impact sur les performances de vitesse du site, puis de savoir s’il y avait des polices recommandées par Google.

Les réponses de John Mueller :

  1. Tous les éléments qui composent une page web, comme la police, ont un impact sur la vitesse de chargement.
  2. Le choix de la police n’a pas d’importance pour le SEO.

meme what

Ces deux réponses sont contradictoires puisque le temps de chargement est considéré comme un facteur de ranking SEO. Ainsi, si votre police web impacte le temps de chargement, elle influence indirectement votre SEO.

Bon ok, ce n’est pas nouveau que la police impacte le temps de chargement, c’était d’ailleurs un point majeur soulevé dans notre article sur l’optimisation de votre vitesse de site sous WordPress.

👉 Par conséquent, si vous utilisez une police personnalisée parce que vous voulez mettre en avant votre branding, faites attention à ce que cette dernière n’impacte pas trop vos performances. Surtout avec l’introduction des Core Web Vitals en tant que facteurs de positionnement SEO.

 

Impact sur l’expérience utilisateur

Evidemment, si vous optez pour des polices web personnalisées totalement illisibles, cela aura un réel impact sur la compréhension qu’auront les visiteurs du contenu de votre site. Veuillez donc à ne pas trop en faire et à trouver l’équilibre entre branding et expérience de navigation.

⚙️ Mais améliorer l’expérience utilisateur signifie aussi que chaque milliseconde compte. De ce fait, il existe de nombreuses façons d’améliorer la vitesse, comme l’optimisation des images et des polices de caractères web.

Commençons par une note positive : il est facile d’adopter une belle typographie gratuitement pour votre site comme vous pouvez en trouver dans les magazines papier. Des sociétés comme Fontawesome, Google et Adobe proposent énormément de polices gratuites qui vous permettront de construire votre site selon votre image. Cependant, un grand nombre auront impact drastique sur la vitesse de vos pages… pouvant vous faire perdre de précieuses secondes et chuter votre score sur PageSpeed Insights.

👉 Voyons donc ensemble comment ces satanés polices web peuvent autant impacter votre temps de chargement en se focalisant sur les polices Google.

 

Le problème des polices Google

Les Google Fonts peuvent représenter plusieurs problèmes pour vos performances de site. Mais pas que…

Combien de requêtes HTTP les polices effectuent-elles ?

Lorsque votre site est en train de charger sur un navigateur, vous avez peut-être remarqué des messages dans la barre d’état tels que “connecting to fonts.gstatic.com” ou “waiting for fonts.googleapis.com”. Il s’agit du navigateur qui télécharge la police sur laquelle votre site repose à partir de serveurs qui hébergent ces polices.

Pour analyser ce processus de plus près, il suffit de se rendre sur des sites de mesure de vitesse de page tels que GTmetrix ou Pingdom et de tester votre URL. Il y a de fortes chances que vous soyez surpris par le nombre de requêtes que votre site nécessite pour télécharger des fichiers de polices. Mais… attendez deux p’tites secondes… ces polices ne sont-elles pas transférées à partir d’un Google Cloud super méga rapide ?!!

 

Existe-t-il un CDN pour les polices ?

Oui, les polices web sont fournies par le CDN de Google. Google a optimisé et continue d’optimiser ces fichiers pour un transfert plus rapide. Néanmoins, il s’agit de demandes supplémentaires de données supplémentaires dont la plupart des sites et blogs peuvent se passer. Les néo webmasters commencent souvent avec un hébergement mutualisé chez OVH, et souvent avec un ensemble de plugins redondants qui alourdissent les performances globales de leur site. Dans la plupart des cas, les fichiers de polices web ne font que s’ajouter à la masse.

 

Quel est le poids des polices web ?

La taille typique d’un fichier de police est de 35-50ko. Cependant, selon la façon dont votre site est développé, il peut nécessiter plusieurs fichiers de polices ou parfois, même un seul fichier de police peut atteindre un poids de quelques mégaoctets. Cela s’explique par le fait qu’un site peut utiliser plus d’une langue, nécessiter plusieurs formats de fichiers ou devoir être disponible en mode hors ligne. Parfois, les thèmes et les plugins qui utilisent les Google Web Fonts font plusieurs demandes pour la même ressource. Pire encore, votre site peut obliger un visiteur à télécharger des éléments qui ne sont jamais utilisés. La plupart du temps, les visiteurs de votre site peuvent se passer de tout cela.

Du coup, une question légitime que l’on pourrait se poser serait de savoir si la mise en cache avait un impact ? Un navigateur ne va-t-il pas stocker ces polices pour une utilisation ultérieure ? La réponse courte : pas tout.

 

Quid de la mise en cache des polices Google ?

La mise en cache du navigateur ne permet d’accélérer que les visites répétées, et non les premières visites. Pour les visiteurs réguliers, le webmaster du site a le pouvoir de définir la durée pendant laquelle le navigateur doit mettre en cache une ressource localement. Vous pouvez fixer une date d’expiration lointaine (d’un mois ou plus) pour les ressources statiques telles que les images, etc… mais pas pour tout ! En effet, pour les ressources fournies par des tiers, comme Facebook ou Google, le propriétaire du site n’a aucun contrôle. Leur date d’expiration est fixée par les sites qui les fournissent.

Alors que les fichiers de polices de base peuvent avoir une date d’expiration lointaine, les ressources de style liées aux polices ont une date d’expiration de seulement 24h00 en général. Ainsi, lorsqu’un fichier de police a été modifié et qu’un abonné email clique sur le lien d’une newsletter pour lire votre dernier article, ce visiteur fidèle devra télécharger à nouveau toute la police web requise. Inutile de dire que si votre abonné dispose d’une connexion internet pourrie, vous ne l’aidez pas.

Alors, pourquoi ne pas simplement fournir les polices à partir de votre site et de contrôler l’expiration du cache du navigateur ?

 

Peut-on charger les polices Google en local ?

Les polices web étant OpenSource, vous pouvez les héberger localement sur votre site, réduire le nombre de requêtes HTTP et contrôler l’expiration du cache. Il existe des plugins gratuits pour vous aider à y parvenir. Toutefois, Google déconseille cette pratique. Cela m’amène à poser la question suivante : pourquoi Google adopterait-il une pratique aussi gourmande en termes de ressources, puis déconseillerait dans le même temps une solution permettant de consommer moins et d’optimiser les performances ?

La raison officielle invoquée par la firme de Mountain View est qu’il héberge et fournit les polices afin que vous ayez les plus récentes et les plus optimisées à disposition pour votre site web. Cependant, la vérité se cache peut-être ailleurs…

 

Les polices Google portent-elles atteinte à la vie privée ?

Quelques pays, comme la Chine, bloquent l’accès à aux serveurs Google, ce qui signifie que les sites utilisant les Google Fonts n’auront pas la même apparence partout dans le monde. De nombreuses autres personnes ont fait part de leurs inquiétudes quant à la confidentialité des données liées aux polices Google, en particulier dans le sillage de la mise en œuvre de la politique européenne RGPD. En effet, en fournissant la police de votre site, Google a un accès direct à ses entrailles. Pour vous faire une idée, jetez un œil à la quantité gargantuesque de données collectées par Google à travers ses polices en consultant les statistiques du site Google Font Analytics.

 

Les Google Fonts seront-elles toujours gratuites ?

Les polices web représentent un pilier essentiel pour le secteur des éditeurs. La capture à grande échelle des données d’utilisation de ses polices peut potentiellement aider Google à créer un modèle freemium classant les polices gratuites et premium afin de convaincre les navigateurs (tels que Firefox, Safari ou Internet Explorer) d’inclure certaines de ces polices en tant qu’option native dans leurs futures versions. Autre possibilité, l’API Google Fonts pourrait suivre le chemin de l’API de Google Maps, qui exige désormais des propriétaires de sites qu’ils fournissent des informations de carte bancaire pour pouvoir l’utiliser.

5/5 (1 Avis)

Directeur SEO

Je m'appelle Gauthier Caizergues et je travaille dans le domaine du SEO depuis 2010, année durant laquelle j'ai forgé mes connaissances à travers plusieurs expériences entrepreneuriales. En 2014, j'ai intégré La Redoute dans l'équipe SEO de Renaud Joly et Grégory Florin. J'ai ensuite rejoint l'agence de marketing digital Labelium à Montréal, au Canada, où j'ai occupé le poste de directeur SEO pendant 2 ans. C'est à la suite de cette expérience que j'ai co-fondé l'Agence 90 où je suis directeur SEO.

Pas de commentaires

Publier un commentaire