Top
facebook covid 19 image

L’augmentation massive de l’utilisation de Facebook se transformera-t-elle en revenus ?

Facebook a signalé une hausse massive de l’utilisation dans les pays touchés par le coronavirus, c’est-à-dire la plupart des pays, à ce stade.

La semaine dernière, la société a déclaré que la croissance de fréquentation du réseau social depuis l’arrivée du COVID-19 est sans précédent. La firme de Mark Zuckerberg a enregistré de nouveaux records d’utilisation presque tous les jours.

 

Du trafic sans recettes publicitaires

Cependant, Facebook a immédiatement nuancé cette affirmation. L’augmentation de l’utilisation n’entraîne pas, pour la firme, une augmentation des recettes publicitaires. En effet, Facebook a ajouté dans sa déclaration qu’il ne monétisait pas ses services où une augmentation de l’engagement est constatée. De plus, le géant a remarqué une diminution de son activité publicitaire dans les pays qui prennent des mesures agressives pour réduire la propagation du coronavirus.

C’est la même chose sur Internet, les éditeurs de presse étant perdants lorsque les annonceurs bloquent le contenu lié aux coronavirus dans leurs achats de publicité, les autres sites de médias sociaux (par exemple, Twitter) et Google bénéficiant d’un trafic record, mais sans revenus publicitaires supplémentaires.

Avant l’épidémie, Facebook avait continué à voir ses revenus augmenter aux États-Unis, mais son utilisation et son engagement diminuaient selon diverses enquêtes et estimations d’analystes. En particulier, Edison Research a déclaré l’année dernière que Facebook comptait environ 15 millions d’utilisateurs de moins qu’en 2017. La plupart des défections sont dues à des utilisateurs plus jeunes qui utilisent maintenant d’autres plateformes, notamment Instagram (qui appartient à Facebook), Snapchat et TikTok.

 

Facebook veut redorer son blason

Les conséquences de l’élection de Trump en 2016 et le battage médiatique négatif ont porté atteinte à la réputation et à la crédibilité de Facebook auprès du public. Une grande majorité d’Américains, selon un sondage d’avril 2019, déclaraient que Facebook “nous fait perdre notre temps” (82%), “répand des attaques et des rumeurs injustes” (61%) et “nous divise” (57%).

Maintenant, avec la crise, comme l’écrit le New York Times, Facebook et les grandes entreprises technologiques plus largement, ont une chance de “changer le récit” autour de leurs entreprises et de leurs marques. Le soi-disant “techlash” (le retour de bâton de la tech), comme tant de dépenses publicitaires, a marqué une pause. Et les grandes entreprises technologiques peuvent potentiellement reprendre le contrôle de la conversation sur leurs marques.

La manière dont Facebook (et Google) se comporteront d’ici la fin de la crise sera déterminante pour savoir s’ils peuvent y parvenir – en utilisant un mélange de véritable empathie, de soutien ciblé et de relations publiques astucieuses. Cette combinaison est peut-être illustrée par le programme de subventions de 100 millions de dollars de Facebook pour les PME. (Google vient d’apporter à l’entreprise une aide directe et indirecte de 800 millions de dollars aux PME).

5/5 (1 Avis)

Directrice SEA

Je m'appelle Gwendoline Ente, spécialisée en SEA et Google Ads depuis 2012, année où j'ai rejoint le siège social de La Redoute à Roubaix. Pendant 4 ans, j'ai occupé la fonction de responsable des flux Google Shopping et des comparateurs de prix dans l'équipe marketing de Matthieu Coilliot. À la suite de cette aventure, j'ai rejoint l'agence web Tink à Montréal en tant que consultante SEA, puis l'agence Labelium. Après 2 ans de vie au Canada, j'ai co-fondé l'Agence 90 où j'occupe le poste de directrice SEA.

Pas de commentaires

Publier un commentaire