Top
confiance facebook agence 90

Facebook ajoute le Knowledge Panel Wikipédia à ses résultats de recherche

Facebook cherche à enrichir les informations proposées et à apporter plus de confiance dans ses résultats de recherche. En effet, plusieurs utilisateurs ont signalé que certains résultats Facebook intégraient le Knowledge Panel issu de Wikipédia.

Comme vous pouvez le voir dans cet exemple ci-dessous posté par le Twittos Johannes Van Zijl (et partagé par Matt Navarra), le nouveau Knowledge Panel affiche un résumé des informations clés de Wikipédia, y compris des informations biographiques (pour les personnes) et un lien vers tout compte officiel Instagram, ainsi qu’un affichage des entités liées.

Voici un autre exemple, partagé par l’utilisateur Giulio S.

Cet ajout est très similaire aux Knowledge Graphs de Google, lancés en 2012, et qui sont également largement alimentés les infos de Wikipédia.

👉 Les pages de résultats incluant des Knowledge Panels peuvent servir à diverses fins, notamment à fournir un aperçu contextuel, améliorer la qualité des résultats, à maintenir les utilisateurs sur la plateforme plus longtemps et, pour ceux qui en disposent, à donner plus d’autorité à votre présence.

  • Dans le cas de Facebook, cela peut être utile pour clarifier des questions que vous pourriez vous poser à propos d’une personnalité. Par exemple, si vous recherchez des informations sur une certaine personne, et que le Knowledge Panel Wikipédia montre qu’il s’agit d’un activiste connu, ou d’un membre d’un groupe controversé, cela vous apportera un contexte précis, ainsi qu’aux informations liées à cette personnalité que vous pourrez consulter par la suite.
  • Cela peut également servir d’outil de vérification des faits pour d’autres recherches décorrélées aux personnalités. Par exemple, si vous cherchez “5G”  et que Facebook met en évidence un lien Wikipédia, cela pourrait aider à mettre les gens en relation avec des informations plus crédibles et plus recherchées sur cette technologie, au lieu de simplement afficher une liste des messages les plus partagés relatifs aux théories du complot et l’impact de la 5G sur la santé.

Améliorer la confiance des les résultats de recherche

💡 La diffusion de fausses informations est devenue un problème majeur pour Facebook, l’algorithme de la plateforme étant conçu pour alimenter les tendances d’engagement. Cela signifie que les messages et les mises à jour les plus controversés et les plus conflictuels, qui génèrent beaucoup de discussions, ont tendance à être les plus visibles au sein de l’application. Ainsi, un article scientifique et fourni sur la 5G, avec un haut degré d’E-A-T, ne générera probablement pas beaucoup d’engagements et de discussions, bien qu’il soit de grande qualité.

Dans le même temps, une vidéo comme celle ci-dessous apparaît dans les premiers résultats des SERP Facebook et génère un engagement monstrueux, avec plus de 2 millions de vues. Pourtant, aucune source scientifique n’est mentionnée.

Proof That 5G Is Going To Make Us All Sick

5G is coming faster than you can blink, and it will change the way the world connects to the internet. While this may seem like an incredible advancement in technology, some people are claiming that 5G is making them sick! In today's video we're going to find out if 5G is all that it's cracked up to be.

Publiée par The Infographics Show sur Mercredi 1 avril 2020

Conclusion

✅ Avec l’ajout des liens vers Wikipedia, Facebook fournira des sources plus fiables, ce qui pourrait contribuer à réduire le partage de ces informations.

Que ce soit avec Google et son concept d’E-A-T, Amazon qui fonde son modèle sur la satisfaction client et désormais, Facebook qui cherche à améliorer la fiabilité de ses résultats de recherche organiques, la grande démarche des géants du web pour les prochaines années s’articule autour de la confiance perçue par leurs utilisateurs.

5/5 (1 Avis)

Directrice SEA

Je m'appelle Gwendoline Ente, spécialisée en SEA et Google Ads depuis 2012, année où j'ai rejoint le siège social de La Redoute à Roubaix. Pendant 4 ans, j'ai occupé la fonction de responsable des flux Google Shopping et des comparateurs de prix dans l'équipe marketing de Matthieu Coilliot. À la suite de cette aventure, j'ai rejoint l'agence web Tink à Montréal en tant que consultante SEA, puis l'agence Labelium. Après 2 ans de vie au Canada, j'ai co-fondé l'Agence 90 où j'occupe le poste de directrice SEA.

Pas de commentaires

Publier un commentaire