Top
core web vitals peu de sites répondent aux critères

Core Web Vitals : Moins de 15% des sites répondent aux critères

Une étude réalisée par Screaming Frog montre que moins de 15 % des sites web sont suffisamment optimisés pour répondre aux exigences du programme Core Web Vitals.

Selon cette étude, une faible part des sites web sont en mesure de passer avec succès les tests relatifs aux Core Web Vitals dans l’outil PageSpeed Insights.

Screaming Frog a analysé 2 500 mots-clés et 20 000 URL pour constater que 12 % des résultats sur mobiles et 13 % des résultats sur desktop répondent aux recommandations de performances émises par le programme Web Vitals.

On se rafraîchit la mémoire

Pour rappel, le programme Core Web Vitals, qui a officialisé l’UX en tant que facteur de ranking SEO dès 2021, a été introduit le 5 mai 2020 par Google et se base sur 3 piliers par rapport auxquels votre site doit être optimisé :

  • Largest Contentful Paint (LCP) qui mesure la vitesse à laquelle le contenu principal d’une page est chargé. Ce contenu doit être chargé dans les 2,5 secondes suivant l’arrivée sur une page.
  • First Input Delay (FID) mesure la vitesse à laquelle les utilisateurs sont capables d’interagir avec une page après y avoir atterri. Cela devrait se produire dans les 100 millisecondes.
  • Cumulative Layout Shift (CLS) mesure la fréquence à laquelle les utilisateurs subissent des changements de mise en page inattendus. Les pages doivent maintenir un CLS inférieur à 0,1.

core-vitals-google-facteurs

Peu de sites sont optimisés

Il est intéressant de noter que les sites web réussissent à satisfaire les critères de référence pour des éléments Web Vitals distincts. Mais rarement les 3 en même temps.

✅ Concernant le FID, 99 % des URL desktop et 89 % des URL mobiles respectent le critère des 100 millisecondes.

C’est un bon signe pour les Googlenautes, car cela signifie qu’ils seront en mesure d’interagir immédiatement avec presque toutes les pages sur lesquelles ils atterrissent.

Voici comment les sites se situent par rapport aux deux autres critères Web Vitals :

  • LCP : 43 % des URL mobiles et 44 % des URL desktop réussissent l’évaluation.
  • CLS : 46% des URL mobiles et 47% des URL desktop passent l’évaluation avec succès.

⚠️ Pour les internautes, cela signifie que la majorité des pages sur lesquelles ils atterrissent prennent plus de 2,5 secondes à charger et présentent des changements de mise en page inattendus. Ce n’est pas vraiment une bonne expérience de navigation si vous devez attendre qu’une page se charge pendant que le contenu bouge de haut en bas de l’écran.

La raison d’être du programme Core Web Vitals est de maintenir une expérience utilisateur de qualité constante sur le web.

Selon les données du rapport de Screaming Frog, le LCP et le CLS sont donc les principaux domaines sur lesquels les propriétaires de sites doivent se concentrer.

👉 La grande question que l’on peut se poser est de savoir si les sites moins bien optimisés par rapport à ces critères ont une visibilité SEO plus faible ?

C’est pourquoi Screaming Frog a examiné la corrélation entre les éléments Core Web Vitals et les positions SEO.

Core Web Vitals et positions SEO

Screaming Frog a constaté que les URL qui se classent en 1ère position dans Google répondent bien mieux aux critères Core Web Vitals que les pages positionnées en 9ème position. En effet, 19% des pages mobiles et 20 % des pages desktop positionnées en 1ère position répondent aux 3 critères Web Vitals tandis que seulement 9% à 11% y répondent pour les pages situées en 9ème position.

Rappel : les critères Core Web Vitals ne sont pas encore intégrés aux facteurs de ranking SEO. Ce sera le cas au cours de l’année 2021.

De la position 1 à la position 5, le taux de réussite diminue de 2 % pour chaque position.

Les URL en position 5 à 9 ont un taux de réussite beaucoup plus faible, soit 10 % sur les mobiles et 11 % sur les ordinateurs.

core web vitals positions SEO

Cela signifie-t-il que les Core Web Vitals ont un impact sur les classements SEO ?

Sachant que ces facteurs ne sont pas encore pris en compte en tant que facteurs de positionnement, Screaming Frog affirme que c’est peu probable mais pas complètement faux :

“Une grande partie de l’évaluation de CWV se concentre sur la vitesse de chargement, dont nous savons qu’elle est déjà un facteur de classement. Par conséquent, la logique voudrait que les sites les plus rapides soient légèrement mieux classés et finissent par passer l’évaluation à leur tour. Cependant, Google ne cesse de répéter que la vitesse est un facteur mineur. Je pense plutôt que les sites classés dans les premières positions (1 à 4) ont tendance à être mieux optimisés dans l’ensemble. Avec un contenu ciblé, riche et convivial. Tout en chargeant ces informations de manière plus efficace”.

Les principaux éléments Core Web Vitals ne seront pas des facteurs de classement avant 2021, il n’y a donc pas grand-chose à retirer de cette étude en ce qui concerne l’optimisation des ces critères pour les classements.

Des facteurs parmi tant d’autres

Ce que les propriétaires de sites peuvent en retirer, c’est que si vous ne réussissez pas l’évaluation Core Web Vitals, vous n’êtes pas seuls puisque la grande majorité du web non plus.

Google donne aux référenceurs et aux webmasters tout le temps nécessaire pour se préparer à la mise à jour de 2021, à savoir l’intégration de ces éléments dans les facteurs de classement SEO.

👉 Attention, si votre site ne répond pas à ces critères, même au moment de leur intégration, ce n’est pas un drame ! Ils représentent seulement 3 facteurs parmi des centaines d’autres pris en compte par Google pour calculer votre visibilité dans ses SERP. C’est la pertinence du contenu qui est la plus importante. Une page plus pertinente l’emportera généralement sur une page plus rapide au contenu moins pertinent.

5/5 (1 Avis)
Partager

Directeur SEO

Je m'appelle Gauthier Caizergues et je travaille dans le domaine du SEO depuis 2010, année durant laquelle j'ai forgé mes connaissances à travers plusieurs expériences entrepreneuriales. En 2014, j'ai intégré La Redoute dans l'équipe SEO de Renaud Joly et Grégory Florin. J'ai ensuite rejoint l'agence de marketing digital Labelium à Montréal, au Canada, où j'ai occupé le poste de directeur SEO pendant 2 ans. C'est à la suite de cette expérience que j'ai co-fondé l'Agence 90 où je suis directeur SEO.

Pas de commentaires

Publier un commentaire